Agriculture biologique,
Protection de l'eau et territoires

sur Twitter Flux RSS
  Espace
sites pilotes

Une étude sur les aménités positives de la bio ?

aménités positives de la bio
À la suite d’une question du sénateur Joël LABBÉ au Sénat (Morbihan, écologiste, vice-président du club parlementaire Objectif bio), lors de la séance des questions d’actualité au gouvernement, concernant l’évaluation des externalités négatives de l’agriculture conventionnelle et des aménités positives au niveau économique, social et environnemental de l’agriculture bio, le ministre de l’Agriculture, Stéphane LE FOLL, s’est engagé à fournir une étude sur le sujet.
Selon Joël LABBÉ, « nous oublions trop souvent de prendre en compte les externalités négatives associées à l’agriculture conventionnelle que sont : la pollution des eaux, la pollution de l’air, l’ingestion de produits phytosanitaires par les consommateurs, les maladies professionnelles des agriculteurs, la perte de biodiversité, la dégradation des sols… En parallèle, les aménités engendrées par l’agriculture bio sont : la dépollution des sols, la filtration des eaux, l’amélioration de la qualité nutritionnelle et gustative des aliments, l’amélioration de la qualité de l’air, la préservation de la biodiversité, la préservation des écosystèmes, l’intensification de l’emploi, la revitalisation rurale, le maintien des paysages ».
En lien avec la justification de l’aide au « maintien en bio » dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC), il s’agit bien en effet de changer de paradigme et de passer d’un calcul de surcoût économique sur l’exploitation à un calcul de coûts évités pour le territoire.
Nous savons en effet qu’être en bio sur une zone de captage prioritaire peut éviter jusqu’à 2 000 € à l’hectare en coûts de dépollution pour la collectivité, mais au-delà de ces zones, comment peut-on objectiver ces aménités sur les sols, l’air, la biodiversité, etc. ?
La récente intervention de Marc BENOÎT (INRA) à l’exposition universelle de Milan donne déjà des éléments solides sur les multiples performances de l’AB au-delà de la production.
La thèse de Marie BENOÎT (CNRS, PIREN-Seine) sur le lessivage des nitrates donne un éclairage supplémentaire sur ces aménités positives systémiques, au-delà du sujet des pesticides de synthèse. Bien d’autres études et documents vont dans le même sens et appellent cette méta-étude sur les aménités positives et leur chiffrage.
Sur un sujet aussi vaste et complexe, la FNAB a tout de suite saisi ses partenaires, notamment dans le cadre des relations ITAB-FNAB, afin qu’un large panel de chercheurs et d’institutions publiques et privées soit sollicité. La FNAB sera évidemment associée à ce travail notamment via le groupe pilote de l’action Rep’AIR (Repères pour l’autonomie, l’innovation et la résilience au sein des fermes bio).
À suivre…
Exporter en PDFDownload PDF

Dernières nouvellesflèche déroulant

La mise à disposition de matériel alternatif pour accompagner le changement des pratiques agricoles En savoir plus
Comment mener au mieux un projet territorial Eau&Bio ? En savoir plus

Évènements à venirflèche déroulant

Paris – « Outils, méthodes et postures pour accompagner la transition agricole de son territoire » (spéciale Biodiversité) En savoir plus
Angers – « Outils, méthodes et postures pour accompagner la transition agricole de son territoire » En savoir plus

Évènements passésflèche déroulant

Agriculture biologique et Biodiversité : quels leviers pour les collectivités locales ? – Strasbourg En savoir plus
Agriculture biologique et Biodiversité : quels leviers pour les collectivités locales ? – Périgueux En savoir plus

Espace sites pilotes

Connexion