Agriculture biologique,
Protection de l'eau et territoires

sur Twitter Flux RSS
  Espace
sites pilotes

Groupe d’échanges Grandes cultures – couverts végétaux

Gers1

Si le Gers est un des premiers départements français en céréales bio, il est également dans le peloton de tête des territoires les plus touchés par l’aléa érosion. Un groupe d’échanges de producteurs bio, ouverts aux agriculteurs conventionnels, a été mis en place en 2011 pour accompagner les producteurs de grandes cultures biologiques vers de nouvelles pratiques culturales : techniques culturales simplifiées et introduction de couverts végétaux.

Exporter en PDFDownload PDF


Projet

Carte d'identité

Groupe d’échange « grandes cultures – couverts végétaux »

Année de démarrage du projet : initié en 2003 par des pionniers, formalisé en 2011 avec la constitution du groupe d’échange

Membres : 30 exploitations en 2015, dont 5 en conventionnel. Systèmes grandes cultures bio spécialisés ou polyculteurs

Objectifs : Accompagner les producteurs de grandes cultures biologiques vers de nouvelles pratiques culturales : techniques culturales simplifiées et l’introduction de couverts végétaux

 

Territoire

Agence de l’eau Adour-Garonne (AEAG) • Région Midi-Pyrénées (32)

Production dominante : Grandes cultures

Enjeu de protection de la ressource en eau : enjeu érosion fort à l’échelle du département

 

Mots clés

Innovation • échanges de pratiques • agronomie

Actions mises en œuvre

INTRODUCTION

Si le Gers est un des premiers départements français en céréales bio, il est également dans le peloton de tête des territoires les plus touchés par l’aléa érosion et illustre parfaitement l’expression « un capital terre qui part à la rivière ». Véritable cauchemar des agriculteurs et des élus locaux (coulées de boue), l’érosion est limitée en bio.

Mais aborder frontalement la bio dans ces terres céréalières ne fait que nuire aux bonnes intentions.

FONCTIONNEMENT

Face à ce constat et aux questionnements des producteurs gersois sur la gestion des cultures intermédiaires (choix des espèces à semer, maîtrise de la destruction du couvert), le Groupement des Agriculteurs Biologiques et Biodynamiques du Gers (GABB 32) a pris l’initiative de créer un groupe mixte avec des agriculteurs bio et non bio sur les couverts végétaux. Ces derniers ont de nombreux intérêts agronomiques et environnementaux dans la limitation de l’érosion et l’amélioration de la fertilité des sols.

La demande a émané des producteurs du GABB32 qui souhaitaient travailler de façon participative sur l’introduction de nouvelles pratiques dans leur système de culture, tant sur des techniques de travail du sol simplifiée (TCS), de rotation et de successions culturales.

Le groupe d’échanges a été mis en place en 2011 pour suivre les diverses pratiques mises en œuvre par chacun sur ses parcelles (variétés, dates de semis, espèces, solo ou mélanges, techniques de destruction mécanique, etc.). La finalité est d’évaluer la réussite du couvert au regard des conditions locales.

Tous les producteurs volontaires sont acceptés dans le groupe d’échange. Le groupe d’échange regroupe 30 exploitations dont 5 en conventionnel.

Le GABB 32, au travers de sa commission technique « grandes cultures » réunissant des agriculteurs bio, anime les échanges du groupe, les expérimentations et les enquêtes permettant leur évaluation.

Les essais de couverts végétaux sont effectués par les producteurs en conditions réelles sur leurs propres parcelles. La collecte des données est coordonnée et réalisée sur la ferme par l’animatrice technique du GABB32.

En 2013, ce sont 21 fermes qui ont été enquêtées ce qui représente plus de 150 parcelles suivies.

Les agriculteurs du groupe partagent ainsi leurs pratiques et expériences des couverts végétaux (à travers des démonstrations et visites au champ,…), mais s’attachent aussi à promouvoir ces techniques afin de voir la frontière entre bio et conventionnel s’éroder au fur et à mesure que les sols gagneront en fertilité.

Une véritable toile d’araignée est tissée autour des premiers convaincus du groupe, un réseau de référents doublé d’un système de tutorat est mis en place, et il n’est désormais pas rare que les agriculteurs conventionnels s’adressent à leurs voisins en bio pour en savoir plus sur les techniques alternatives.

Fait notable de ce succès, deux colloques ont été organisés en 2012 et un 3ème en 2013 sur les couverts végétaux et le travail simplifié du sol, porté par le GABB 32.

Enfin, Pierre Pujos, membre du groupe de producteurs et cultivant en bio 85 ha en coteaux argilo-calcaire dans le nord du Gers, a reçu le trophée de l’Agriculture Durable 2013 dans la catégorie exploitant, récompensant sa démarche pour supprimer l’érosion et limiter la dépendance aux énergies fossiles à travers l’auto fertilité, la conservation des sols et la couverture permanente en agriculture biologique, sans aucun intrant ni travail du sol.

Gouvernance

La place des producteurs est centrale dans le dispositif : ils sont initiateurs, expérimentateurs, contributeurs et bénéficiaires. Le bon fonctionnement dépend de leur mobilisation.

L’animatrice technique du GABB 32 prend en charge la coordination des actions et l’animation du groupe d’échange, l’organisation de rencontres/évènements/formations, la réalisation des observations et mesures sur les parcelles, la récolte d’informations, leur analyse et synthèse.

La valorisation des résultats (colloques notamment) est organisée avec les différents partenaires.

Partenaires : GAIA (entreprise de formation continue agricole), Arbres et Paysage du Gers et AFAF (Association française pour l’Agroforesterie).

Éléments financiers

Partenaires financiers : Conseil Départemental du Gers, Agence de l’Eau Adour-Garonne, FEADER (111b), CASDAR ABILE porté par l’ISARA à partir de 2014.

Résultats

Production de références, actualisées annuellement :

  • Références techniques : conditions de réussite des couverts par type (hiver, été, permanent), espèces, variétés, doses et date de semis, modalités de destruction mécanique, conditions pédoclimatiques etc.
  • Références sociales : temps de travail
  • Références économiques : coûts de production (de l’implantation à la destruction).

Les rapports et synthèses sont accessibles à tous sur le site du GABB 32 ainsi que les actes des colloques.

Facteurs de réussite

  • Un petit groupe d’agriculteurs motivés pour expérimenter et partager leurs expériences
  • Experts agronomes reconnus
  • Création d’un nouvel outil
  • Une dynamique déjà établie avec un historique de plusieurs années
  • Travail avec Agr’eau en 2015
  • Partenaires de communication (coopératives locales : Agribio-union, Val de Gascogne, Qualisol, Gersycop)
  • Contexte politique et sociétal favorable à la bio et à ses innovations agro-écologiques
  • Appui politique et financier du Conseil Général du Gers

Difficultés rencontrées

  • Le maintien d’une bonne dynamique de groupe sans sur-solliciter toujours les mêmes (risque d’essoufflement). C’est pourquoi en 2015 une espace dédié en ligne a été ouvert permettant plus de réactivité dans les échanges sur les tests, plus de souplesse et plus d’ouverture
  • La gestion des données annuellement (collecte, traitement, capitalisation) combinées à des moyens financiers non permanents
Proposer une expérience
Carte des expériences

Vidéos

    Séparateur

Espace sites pilotes

Connexion