Agriculture biologique,
Protection de l'eau et territoires

sur Twitter Flux RSS
  Espace
sites pilotes

Qu’est-ce que c’est ?

Le réseau des sites pilotes Eau & Bio, qu'est-ce que c'est

Le réseau des sites pilotes Eau & Bio – animé par la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) depuis 2010 – est un réseau de co-production, de mutualisation et d’expérimentation.

Il réunit les territoires les plus innovants et engagés dans la problématique agricole – plus particulièrement l’agriculture biologique – dans un contexte de protection ou de reconquête de la qualité de l’eau.

Ce réseau est représentatif de la diversité des systèmes agricoles (grandes cultures, polyculture-élevage, maraîchage, viticulture, etc.), des contextes pédoclimatiques, des échelles géographiques (périmètre de protection, aire d’alimentation de captage, bassin versant d’un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux – SAGE, etc.), ainsi que des structures politiques et administratives (communes, intercommunalités, parcs naturels régionaux, autres établissements Publics de Coopération Intercommunale – EPCI, etc.).

carte_final-01

OBJECTIFS

  • Illustrer la faisabilité de la protection ou de la reconquête de la qualité de l’eau via le développement de l’agriculture biologique.
  • Mettre en œuvre les stratégies de développement agricole les plus efficaces en déployant une combinaison d’outils opérationnels, une gouvernance, une gestion de projet et une animation territoriale adaptées.
  • Créer de nouveaux outils au service des projets pour allier l’objectif à court-terme d’adaptation au marché des agriculteurs et l’objectif à long-terme de gestion des services d’intérêts généraux.
  • Mettre en œuvre des expérimentations novatrices en appréhendant au mieux les limites et les obstacles au changement, notamment d’ordre juridique.
  • Servir de supports prioritaires pour des travaux de recherche ou pour des évaluations de politiques publiques locales.
  • Analyser les expérimentations conduites afin de faire évoluer les politiques publiques (eau, agriculture, etc.).
  • Valoriser et faire connaître ces projets exemplaires pour démultiplier leur mise en œuvre à d’autres territoires.

Fonctionnement

L’animation du dispositif repose sur cinq ambitions :

  1. Favoriser les échanges et le partage de connaissance entre sites (réunions nationales trimestrielles, séminaires, voyages d’études, outils de suivi et de partage des dynamiques territoriales, espace d’échange virtuel).
  2. Apporter des informations sur les expériences hors réseau (France, international) et sur des leviers d’actions innovants (réunions nationales trimestrielles, veille et capitalisation, sollicitation d’experts thématiques, mise à disposition d’un numéro vert).
  3. Faire connaître le réseau et les démarches engagés par les sites pilotes qui le composent
  4. Construire collectivement des analyses thématiques et identifier des problématiques à approfondir (réunions trimestrielles nationales, séminaires, groupe de travail thématique).
  5. Faire émerger et accompagner des expérimentations sur tout ou partie des sites : connaissance des flux de polluants, structuration des filières longues, démarche de dialogue territoriale, accompagnement des agriculteurs, etc. (séminaires, conférences de presse, recueils d’expériences, sites internet).

Résultats

Le développement des surfaces en agriculture biologique

Les trois-quarts des 12 sites historiques ont atteint les 6% SAU en bio fin 2013 – objectif inscrit dans le Grenelle de l’environnement – certains dépassant les 10%, alors que la SAU bio était de moins de 4% au niveau national à la même date.

Ces dynamiques ont un dénominateur commun : l’inscription du programme de développement de l’agriculture biologique dans le projet de territoire et la combinaison d’outils et de leviers d’actions publics : accompagnement des changements de pratiques agricoles, appui à la structuration de débouchés de proximité (notamment dans la restauration collective) et de filières longues, mise en place d’aides incitatives, mise en dialogue des acteurs locaux, sensibilisation des acteurs non agricoles au “zéro phyto”, et évidemment le portage politique.

Des perspectives prometteuses pour la qualité de l’eau

Sur certaines expériences grandeur nature, les résultats sont sans appel et plaident en faveur de l’agriculture bio (Munich, Vittel).

La diminution radicale des pressions en pesticides sous les parcelles bio est une conséquence directe et garantie du cahier des charges de l’agriculture biologique.

Concernant les nitrates, l’impact de l’agriculture biologique n’est pas mesurable immédiatement, notamment dans les eaux souterraines, souvent en raison de l’inertie des milieux. La mesure des reliquats azotés (bougies poreuses sous parcelles en agriculture biologique) apporte cependant des résultats provisoires encourageants : – 26% de concentration en azote dans les parcelles bio par rapport aux parcelles conventionnelles [1].

PRODUCTIONSVisuel Plaquette SP

Le réseau des sites pilotes Eau&Bio s’élargit

Pour inscrire votre territoire dans le réseau des sites pilotes Eau&Bio, contactez Sylvain Roumeau à l’adresse sroumeau[at]fnab.org et téléchargez l’appel à candidature ci-dessous.

Appel à candidatures 2015-2016

 


[1] CNRS – UMPC. Les fuites d’azote en grandes cultures céréalières : Lixiviation et émissions atmosphériques dans des systèmes biologiques et conventionnels du bassin de la Seine (France). Thèse de Marie Benoît. 2014

Exporter en PDFDownload PDF
La charte d'engagement
Les groupes
de travail

Espace sites pilotes

Connexion