Agriculture biologique,
Protection de l'eau et territoires

sur Twitter Flux RSS
  Espace
sites pilotes

Transition agricole des territoires : Retour sur les journées des 10-11 mai 2016 à Biovallée

 ramieres 3becs+++

Près de 40 personnes étaient réunies les 10 et 11 mai derniers sur le territoire de la Communauté de Communes de la Vallée de la Drôme (CCVD) à l’invitation de la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, d’Agribiodrôme et de la CCVD, en partenariat avec le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (MEEM) et Mairie-Conseils [1]. Destinées en particulier aux membres du réseau des sites pilotes Eau & Bio, ces journées ont permis de découvrir – à travers des visites de terrain et témoignages d’acteurs impliqués – des processus de transition agricole territoriaux en milieu rural (CCVD) ou périurbain (Grenoble Alpes Métropole, St Etienne Métropole) et d’échanger sur la place et le rôle des collectivités dans le développement économique agricole.

L’agriculture biologique spécificité d’un territoire rural : Biovallée

La première matinée a été consacrée d’abord au projet Biovallée (trois communautés de communes de la vallée de la Drôme) par Hugues Vernier et Perrine Tavernier chargé.e.s de mission et Serge Krier vice-président à l’agriculture à la CCVD. Présentation introduite par un condensé de 15 minutes du film « Du paysage au pays sage » présentant plusieurs témoignages d’acteurs engagés du territoire (producteurs, transformateurs, élus). 40 ans d’histoire pour 30% de Surface Agricole Utile (SAU) bio, ce n’est pas une équation, mais le résultat d’une démarche cohérente bâtie par des protagonistes précurseurs des projets de territoire et convaincus de l’intérêt des ressources naturelles de leur territoire pour son développement économique. Les conditions de leur préservation et du développement de cette spécificité économique locale guident ainsi, depuis les années 70, les actes des décideurs politiques. Ici a été mis en place, il y a plus de 20 ans, le premier Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eau pour la rivière Drôme, dans le souci de préserver la qualité de l’eau. Le SAGE reste aujourd’hui l’élément fédérateur d’une vision du développement local reterritorialisée – globale et concertée – combinant quatre axes stratégiques :

  • développement de la consommation,
  • développement de l’approvisionnement local,
  • transformation,
  • recherche et innovation,

Et des objectifs agricoles ambitieux :

  • atteindre 50 % de la SAU certifiée AB,
  • diminuer de 50 % les intrants chimiques dans l’agriculture conventionnelle,
  • introduire 80 % de produits bio et/ou locaux dans la restauration collective.

Pour en savoir plus :


Des visites de terrain illustrant le panel des leviers activés par la CCVD pour l’AB

Les visites de l’après-midi ont permis de découvrir le pôle bio bientôt en fonction sur l’Ecosite de Eurre dans une zone dédiée à l’agriculture biologique, qui abritera 30 bureaux ainsi que la plate-forme Agricourt qui approvisionne les cantines locales.

La pépinière d’installation agricole (9ha) située sur la commune et gérée par une association (Les Compagnons de la terre), permet à des candidats à l’installation (maraîchage, élevage, etc.) de tester leur activité pendant 3 ans sans le souci du foncier. 10 des 12 candidats passés par la pépinière se sont récemment installés.

A Loriol, la SARL Agrobiodrôme, possède, au bout de 25 ans, 6500 m² de frigos et d’entrepôts de conditionnement de fruits et légumes bio issus de 200 producteurs. Orientée à l’export à l’origine (Europe du Nord), elle conquière peu à peu, non sans difficulté, le marché local (magasins spécialisés et restauration collective) et relocalise progressivement ses approvisionnements. Un travail de fond est engagé avec les producteurs : planification, accompagnement technique, etc. Depuis 1990, la société s’est considérablement développée pour atteindre près de 50 emplois directs, 6000 tonnes de fruits et légumes commercialisés/an et 10 millions d’€ de chiffre d’affaire.

Sur la même commune, Joël Fauriel possède 6 hectares de vergers bio sur lesquels il expérimente (en lien avec l’INRA et le GRAB Avignon) la création de variétés nouvelles de même que l’utilisation des abeilles sauvages et celle des rapaces (avec la Ligue de Protection des Oiseaux). Il a contribué à la création d’un Point de Vente Collectif que les participants ont pu découvrir avant de se rendre sur la commune de Saoû pour rencontrer Daniel Gilles et son élevage bio d’une cinquantaine de chèvres dont le lait est entièrement transformé en picodon et valorisé localement (épiceries, marchés, restaurants, etc.). L’autonomie fourragère et le matériel en CUMA intégrale sont les deux points forts de son exploitation qui produit également des cabris élevés sous la mère. Une expérimentation de lutte contre le parasitisme a été menée avec le FiBL (Institut de Recherche de l’Agriculture Biologique Suisse), d’abord avec des huiles essentielles puis une alimentation de bouchons de sainfoin.

Montage Biovallée

Les mécanismes du changement appliqués au développement de la bio

Grégoire Jasson, chargé de mission Eau & Bio à Agribiodrôme a présenté les actions entreprises auprès agriculteurs conventionnels de la plaine de Valence-Romans dans le cadre du programme Bio & Eau. 40% de son temps de travail est consacré aux rencontres sur le terrain, afin de créer un lien direct. Ces rencontres ont permis de créer des groupes d’échanges mixtes bio et conventionnels, de relayer les informations des actions engagés, d’apporter progressivement des réponses à des idées reçues autour de la bio dans les campagnes.

Un classement a été établi en fonction du positionnement des agriculteurs conventionnels face à une conversion en bio, avec l’émergence de six profils et des stratégies adaptées.


Pour en savoir plus :


Quelle place pour l’agriculture dans les métropoles ? Éléments de réponse…

Saint-Étienne Métropole (42) : planification foncière et relocalisation des filières

Rémy Guyot, et Nicolas Quittard, respectivement, vice-président et chargé de mission à l’agriculture, ont ensuite exposé la situation de Saint-Étienne Métropole (390 000 habitants, près de 50 communes). Ici, l’enjeu majeur est de redonner sa place à l’agriculture (à dominante élevage laitier et arboricole) dans le projet de territoire.

Des actions sont engagées sur plusieurs axes :

  • Foncier : mise en place d’un second périmètre de protection des espaces agricoles et naturels périurbains (PAEN-outil « XXL » de protection des sols agricoles peu utilisé en France) ; lancement d’un diagnostic sur les possibilités locales d’installation-transmission avec la Chambre d’Agriculture – levier du changement de pratiques agricoles sous-utilisé par les collectivités à l’heure du départ à la retraite de 50% des exploitants au niveau national ; et réalisation d’un diagnostic agricole par la métropole dans le cadre la révision du Plan Local d’Urbanisme intercommunal (PLUi).

  • Filières de proximité et interterritoriales : accompagnement des communes dans l’introduction des produits biologiques en restauration collective ; mobilisation des consommateurs ; mise en réseau (rencontre producteurs-acheteurs potentiels-collectivités-GMS-grossistes-restaurateurs) ; et accompagnement et suivi des conversions en lait bio avec l’ARDAB à l’heure où le prix du lait bio peut représenter un effet d’aubaine pour des agriculteurs conventionnels en situation de crise.

  • Agro-environnement : lancement d’actions pour accompagner le changement de pratiques vers l’AB avec l’ARDAB sur des zones à enjeu eau.

Agriculture periurbaine - Vallee du Gier Pilatoise


Pour en savoir plus :


Grenoble Alpes Métropole : vers une stratégie agricole et alimentaire territoriale

Plus au Sud-est, Grenoble Alpes Métropole [GAM, 210 exploitations (1/2 en vente directe), 12% de SAU bio, dominante élevage] est en pleine redéfinition de sa stratégie agricole territoriale (historique à Grenoble – 1973 – via les premiers documents de planification urbaine) avec la loi Métropole. Lillian Vargas, chargé de mission Aménagement des espaces agricoles a témoigné des réflexions en cours sur et en périphérie immédiate du territoire [Communauté de Communes du Grésivaudan, Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais, Territoire CDDRA Alpes Sud Isère (Trièves, Oisans, Matheysine), PNR de la Chartreuse et du Vercors].

Pour ce faire, une délibération cadre vient d’être voté par GAM et des actions sont engagées :

  • Préserver et valoriser le potentiel agricole du territoire pour une production agricole de qualité : protection des espaces agricoles via documents de planification ; intervention foncière de la collectivité via un Groupement d’Intérêt Public Fonds Départemental d’Investissement Agricole et Alimentaire pour de la compensation agricole ; maintien et le renouvellement des agriculteurs

  • Déployer une stratégie alimentaire de territoire et ses outils : équipements structurants de regroupement de l’offre permettant de dynamiser des filières territoriales (réhabilitation du MIN : nouvelle compétence de GAM), équipements de transformation et de conditionnement des produits (réhabilitation des abattoirs via la nouvelle compétence de GAM, légumerie), systèmes et outils de distribution adaptés, augmentation de manière significative la part de produits bio et locaux dans la restauration collective (réhabilitation de(s) cuisine(s) collective(s)) : sensibilisation et mobilisation des consommateurs

  • Partager les orientations suivantes avec les «  voisins » : 1) Élaborer des orientations communes en faveur de la préservation, de la transmission du foncier agricole et de l’emploi en agriculture ; 2) Augmenter la part de productions locales dans les assiettes.

Grenoble Alpes Métropole


Pour en savoir plus :


La place et le rôle des collectivités dans le développement économique agricole

Le développement éco-agricole était au cœur des débats du 11 mai. Dikran Zakeossian (Epices) a exposé, avec à l’aide des illustrations de Simon Hallez (Gabnor), l’avancement des travaux du groupe DevEcoAgri depuis la rencontre du 30 novembre dernier. Une vingtaine d’entretiens téléphoniques [FNPNR, ADCF, ARF, France Cluster, CAP Rural divers types de collectivités (régions, départements, intercommunalités, PNR, Pays)] et une recherche documentaire thématique ont permis de dresser un première photographie de l’échiquier DevEcoAgri et collectivité :

  1. Les compétences historiques des collectivités en matière de développement économique et les évolutions.
  2. Les difficultés pour les collectivités.
  3. Les leviers pour les collectivités.

Les regards croisées d’acteurs publics (CCVD) et privés impliqués (Hervé Mucke, coopérative Terres dioises ; Nassera Goreini, Rosée d’Or) dans la politique de développement économique de la CCVD ont permis de confronter les premiers éléments d’analyse du groupe et de les enrichir.

La journée s’est achevée par des ateliers. Chacun a été invité à tester une fiche intitulée: « Quelle stratégie mettre en œuvre dans mon territoire pour faire converger politiques de développement économique et politiques de l’eau? ». Au rayon des perspectives : de nouvelles rencontres programmées au 2nd semestre, des analyses de cas concrets et un séminaire de co-production/restitution thématique.


Pour en savoir plus :

  • Consulter l’étude de l’Agence de l’eau Seine-Normandie « Étude stratégique sur les modalités d’actions de l’Agence avec les partenariats et les filières agricoles favorisant une agriculture compatible avec le bon état des eaux »

Pour en savoir plus sur ces deux journées : contactez Sylvain Roumeau – sroumeau[at]fnab.org

[1] Les collectivités locales ou équivalent étaient largement représentées [Paris, Rennes, Niort, Syndicat Mixte du bassin versant de la Nive (64), Lons-le-Saunier, Parc national des Cévennes, Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine-Normande, Angoulême, Syndicat Mixte d’Aménagement du Bassin de la Bourbre] ainsi que les réseaux de développement agricole (groupements départements et régionaux d’agriculteurs biologiques, Chambres d’Agriculture), des experts associés (CAP Rural, Terre de liens, Epices), l’Agence bio, l’Institut Supérieur d’Agriculture et d’Agroalimentaire Rhône-Alpes et le MEEM.

Exporter en PDFDownload PDF

Dernières nouvellesflèche déroulant

L’agriculture biologique : une chance pour les territoires normands En savoir plus
Structuration territorialisée des filières bovines et ovines biologiques ardennaises pour la protection de l’eau En savoir plus

Évènements à venirflèche déroulant

Évènements passésflèche déroulant

Posture, méthodes et outils pour accompagner la transition agricole dans les territoires – Nantes En savoir plus
Le dialogue territorial pour les projets liés à l’eau et l’agriculture En savoir plus

Espace sites pilotes

Connexion